Comment mieux comprendre les émotions de votre enfants 

Comment mieux comprendre les émotions de votre enfants 

Comment mieux comprendre les émotions de votre enfants 

Quel parent ne s’est jamais retrouvé submergé par la crise de colère de son enfant ? Ou impuissant face à ses angoisses ? Ou encore à essayer de réconforter son enfant qui vient de faire une crise de peur sans vraiment trouver les mots justes ?

Toutes ces émotions que ressentent les enfants sont autant de petits défis dans le quotidien des parents. Compliquées à gérer, elles donnent souvent lieu à des moments difficiles lors desquels les parents peuvent se sentir déboussolés. Avant de voir comment mieux gérer les émotions de son enfant, essayons de comprendre comment les enfants traitent leurs émotions et comment ils les expriment.

Comment fonctionnent les émotions ?

La gestion des émotions se déroule en 4 grandes étapes :

  • La reconnaissance ou l’identification : c’est lors de cette étape que l’on va identifier l’émotion que nous sommes en train de ressentir. Il convient d’être attentif aux changements physiologiques de notre corps indiquant une émotion. On prêtera aussi attention aux expressions faciales des autres pour détecter leur état émotionnel.

 

  • La compréhension : une fois l’émotion reconnue, il convient de comprendre la situation dans laquelle nous nous trouvons en prêtant attention aux détails de notre environnement.

 

  • La nuance : la nuance est une étape clé dans la gestion des émotions puisque l’on va comparer l’émotion que l’on est en train de ressentir avec d’autres situations que l’on a déjà expérimentées. Est-ce que l’émotion est similaire ou différente ? Est-ce que la situation est la même ? Cette comparaison va nous permettre de réajuster notre émotion. Il est possible que l’intensité de l’émotion que nous avons ressentie dans un premier temps soit inadaptée et ainsi il s’agira de la réguler pour réagir de façon plus appropriée.

 

  • La gestion : enfin vient l’étape de la gestion lors de laquelle l’émotion se traduit par un comportement ou une action. En effet, nos émotions nous poussent à l’action ! Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si on retrouve le verbe « mouvoir » dans « émouvoir ».

Comment les enfants gèrent-ils leurs émotions

Chez les enfants aussi, la gestion des émotions suit ces 4 grandes étapes. Cependant, les enfants vont parfois éprouver des difficultés spécifiques liées à leur plus faible expérience et à leur cerveau qui n’est pas encore complétement développé.

Prenons l’exemple d’un enfant qui tape son camarade parce qu’il l’a bousculé : « je l’ai tapé parce qu’il m’a poussé ».  

 

Voyons le processus de la gestion des émotions chez l’enfant :

  • La reconnaissance : immédiatement après s’être fait bousculer l’enfant va ressentir principalement de la colère. Ici, l’enfant n’a pas réussi à identifier la bonne émotion. Il aurait, plus justement, dû ressentir de la peur : par exemple la crainte de se blesser. On a ici une première particularité de l’enfant, celle de moins bien reconnaitre ses émotions que les adultes.

 

  • La compréhension : après s’être fait bousculer, il n’y a en réalité que peu de temps dédié à la compréhension et à la nuance chez l’enfant. Sa compréhension de la situation reste très sommaire et se base souvent sur une perception erronée de l’intention de l’autre : « il a fait exprès de me pousser ». L’enfant ne parvient pas à prendre le recul nécessaire pour bien analyser la situation. « Est-ce que l’enfant qui m’a poussé, a lui aussi été bousculé ? », « est-ce qu’il m’a poussé pour éviter que je marche dans une crotte de chien ? ».

 

  • La nuance : on retrouve peu de nuance chez les enfants de manière générale. L’intensité de l’émotion ressentie est similaire pour différentes situations peu importe la gravité réelle de celles-ci. Voici ici une autre particularité de l’enfant : une grande constance dans l’intensité de ses émotions. Schématiquement, soit il ressent une émotion intensément soit il ne la ressent pas.

 

  • La gestion : enfin, l’émotion peut engendrer chez l’enfant un comportement inadapté. Il va par exemple la gérer en l’exprimant de façon inappropriée, en frappant son camarade.

 

Il est nécessaire, en tant que parent, de garder à l’esprit qu’un enfant en bas âge n’a pas un cerveau suffisamment développé pour réaliser correctement toutes les étapes de la gestion de ses émotions. C’est uniquement à travers ce prisme qu’il nous est possible de comprendre comment l’émotion de l’enfant l’a conduit à avoir un comportement inadéquat.

Et chez l'adulte, comment gérons-nous nos émotions ?

Mais alors quelles différences avec nous les adultes ? Je vous invite à réfléchir sur la façon dont vous gérer vos émotions. Vous vous apercevrez que nous ne sommes pas si différents de nos enfants. Et au fond c’est une très bonne nouvelle ! Nous allons plus facilement pouvoir les comprendre et développer de l’empathie pour eux lorsqu’ils seront tourmentés par leurs émotions.

Pour faciliter l’introspection, je vous propose de prendre l’exemple d’un adulte qui réagirait à la situation où un autre automobiliste aurait failli lui rentrer dedans : « on a failli me rentrer dedans en voiture ».

 

 Voyons comment se déroule sa gestion des émotions :

  • La reconnaissance : dans cette situation l’adulte va probablement reconnaître la bonne émotion. Il va ressentir de la peur : d’abord pour lui, ensuite pour les passagers et éventuellement pour la carrosserie de sa voiture

 

  • La compréhension : la compréhension de la situation peut davantage poser problème. Elle peut se faire de manière trop rapide ou alors se baser sur un seul élément de l’environnement, ce qui peut biaiser l’interprétation. Par exemple : « de toute façon c’est une femme au volant ».

 

  • La nuance : l’émotion ressentie devrait être assez peu intense car il n’y a pas de dégât ni d’accident. En réalité, l’émotion ressentie est vive et comme chez l’enfant, l’adulte va assez peu la nuancer.

 

  • La gestion : enfin l’adulte va également réagir de façon peu appropriée car il va exprimer de la colère intensément en criant sur l’autre conducteur. L’adulte ne réagit pas de façon optimale :
    1. Il exprime de la colère alors qu’il a ressenti de la peur
    2. Il exprime une émotion intense alors qu’il aurait pu la nuancer et être plus mesuré

 

A travers ces 2 exemples, on se rend bien compte que l’adulte comme l’enfant ont des difficultés à gérer leurs émotions. Certes, ces difficultés peuvent être différentes mais ces situations nous invitent à plus d’indulgence et d’empathie vis-à-vis de nos petites têtes blondes. 

Merci de m'avoir lu !

Je suis Mathilde Naccache, neuropsychologue diplômée en Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitives avec une formation en sciences cognitives fondamentales et appliquées.

Je suis passionnée par la gestion des émotions chez les enfants atteints de déficits de l’attention.

J’exerce au sein du cabinet Odyssée à Nice où j’ai pris en charge et accompagné plus de 300 enfants et parents.

Témoin de la souffrance des parents face à des enfants parfois difficiles, il m’est apparu indispensable de mettre l’unicité de l’enfant au centre de l’éducation en rendant les parents experts du développement de leur enfant.

J’ai créé le programme Parental pour donner des clés éducationnelles aux parents afin de réduire le stress parental et les aider à construire une relation parent-enfant épanouie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une fois par mois des conseils pour vous aider à développer une relation plus épanouie avec votre enfant