Comment gérer les crises de colère de votre enfant ?

Comment gérer les crises de colère de votre enfant ? 

Parmi tous les moments difficiles de la vie de parent, les crises de colère de son enfant est sans doute le plus délicat à gérer et le plus générateur de stress parental. L’enfant est envahi par ses émotions et ne parvient pas à les contenir, il explose et les parents peuvent rapidement se retrouver démunis face à cette situation.

Comment se déroule une crise de colère chez l'enfant ?

Comprendre comment se déroule la crise de colère de votre enfant vous donnera des clés importantes pour mieux faire face à la situation. Une crise de colère se déroule en 6 grandes étapes successives :

  • Les éléments déclencheurs : ce sont tous les éléments physiologiques et environnementaux qui peuvent être à l‘origine d‘une tension chez l‘enfant, par exemple la faim, la fatigue, l‘agitation ambiante, le brouhaha. Également, les contrariétés survenues plus tôt dans la journée peuvent déclencher des crises plus tard lors d‘un événement pouvant paraître anodin.
  • L’engagement : l’enfant commence à exprimer son désaccord et sa contrariété. On peut voir apparaître différents signes : les poings serrés, le visage tendu ou boudeur.
  • Le refus : l‘enfant exprime de la colère, il est dans le rejet de l‘interaction
  • Le sommet : ici l‘enfant peut se montrer agressif, crier ou pleurer, casser les objets, taper quelqu’un ou se taper lui-même, dire des gros mots, etc.
  • La décompression :  la colère est toujours présente mais le comportement commence à s’apaiser, attention ici, la colère peut repartir rapidement et remonter au sommet de la crise
  • La récupération : Ici l’enfant est plus calme, la tempête est passée, l’enfant exprime souvent de la fatigue, est plus en retrait, peut venir réclamer un câlin.

 

Que faire pour arrêter les crises de colère de votre enfant ?

Une fois la phase de l’engagement atteinte, l’enfant passera nécessairement par toutes les autres phases. Ce qui veut donc dire qu’une fois que la crise a réellement commencé, il n’est pas possible de l’arrêter.

En tant que parent nous devons alors gérer notre enfant qui est comme dans un état second. Que faire ?

 

Clé n°1 : économiser votre énergie durant la crise de colère

Le premier conseil que je peux vous donner c’est de ne pas essayer de ramener votre enfant à la raison. Souvenez-vous, la crise de colère a commencé et l’enfant passera par toutes les phases. En voulant essayer de rentrer en communication avec l’enfant vous risquez de perdre votre calme et de commencer à vous énerver et à crier. Ce type de comportement est peu efficace, pour les 3 raisons suivantes :

  • Inconsciemment vous envoyez à votre enfant le message qu’il faut crier pour être écouté
  • L’enfant est submergé par l’intensité de son émotion et donc il est possible qu’il ne reçoive pas les messages que vous lui envoyez. Si votre enfant vous dit qu’il ne se rappelle pas de ce que vous lui avez dit pendant la crise de colère, c’est très probablement vrai !
  • Vous gaspillez votre énergie et vous vous générez du stress ce qui peut vous conduire à votre tour à mal maîtriser vos émotions et donc à mal réagir. Vous comprenez le cercle vicieux qui s’installe… Veillez à garder votre calme pendant la crise de colère de votre enfant, vous énerver ne ferait qu’envenimer la situation

 

Clé n°2 : sécuriser la zone pour ne pas que votre enfant se blesse

Mon deuxième conseil est de sécuriser la zone. L’enfant est hors de contrôle, même pour lui-même. Il convient en tant que parents de faire en sorte que l’enfant ne se blesse pas. Vous pouvez aussi essayer d’emmener votre enfant dans un environnement plus sécurisé. Par exemple, une chambre sera plus adaptée que la cuisine.

 

Clé n°3 : profiter des crises de colère pour devenir encore plus expert de votre enfant

Enfin, je vous invite à observer la crise de colère de votre enfant à la manière d’un scientifique. Je vous l’accorde ce n’est pas simple de mettre la distance émotionnelle nécessaire pour rester objectif. Cependant, cela vous permettra d’apprendre à identifier les différentes phases de la crise et de mieux comprendre les comportements de votre enfant lorsqu’elles surviennent.

 

Clé n°4 : ne pas blâmer l'émotion de l'enfant

Lorsqu’on doit faire face aux crises de colère de notre enfant, il arrive que l’on ne comprenne pas pourquoi il s’est mis dans cet état, souvent pour si peu. Il me semble important de ne pas blâmer l’émotion ressentie peu importe la situation. Il n’y a rien de plus désagréable pour nous adultes d’entendre par quelqu’un d’autre “ça va, il ne fallait pas t’énerver pour si peu”, il en est de même pour votre enfant !

Minimiser l’émotion de l’enfant (comme celle de l’adulte), peut se montrer délétère sur le long terme à plusieurs niveaux :

  • L’enfant peut se sentir incompris et cela va accroitre son agressivité et sa colère.
  • L’enfant va intérioriser que l’émotion est interdite et se retrouver dans des situations beaucoup plus difficiles à gérer lorsque l’émotion se présentera.

 

Seul le comportement peut être repris, être à l’écoute de l’émotion de son enfant, ne signifie pas qu’il est légitime d’agir comme il l’entend ! Bien au contraire, votre enfant a besoin de votre aide pour gérer tous les changements physiologiques qui le submergent, il a besoin d’être guidé sans être jugé.

Peut-on prévenir une crise de colère ? 

Vous l’aurez compris, le meilleur moyen de gérer une crise c’est de l’éviter. Il existe des méthodes pour inviter l’enfant au retour au calme et ainsi étouffer la crise avant qu’elle n’éclate.

Aussi, apprenez à reconnaître les indices qui présagent de l’arrivée d’une crise de colère chez votre enfant. On est mieux préparé à faire face à une crise si on la voit venir !

Merci de m'avoir lu !

Je suis Mathilde Naccache, neuropsychologue diplômée en Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitives avec une formation en sciences cognitives fondamentales et appliquées.

Je suis passionnée par la gestion des émotions chez les enfants atteints de déficits de l’attention.

J’exerce au sein du cabinet Odyssée à Nice où j’ai pris en charge et accompagné plus de 300 enfants et parents.

Témoin de la souffrance des parents face à des enfants parfois difficiles, il m’est apparu indispensable de mettre l’unicité de l’enfant au centre de l’éducation en rendant les parents experts du développement de leur enfant.

J’ai créé le programme Parental pour donner des clés éducationnelles aux parents afin de réduire le stress parental et les aider à construire une relation parent-enfant épanouie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une fois par mois des conseils pour vous aider à développer une relation plus épanouie avec votre enfant