Faire face à la désobéissance de votre enfant

Faire face à la désobéissance de votre enfant

Faire face à la désobéissance de votre enfant  

Beaucoup de mes patients me disent que leur enfant est désobéissant, indiscipliné, qu’il fait beaucoup de bêtises. Certains parents, démunis, baissent les bras après avoir tout essayé : le punir, lui crier dessus, lui faire la morale, le menacer, lui parler à voix douce… rien n’y fait, votre enfant est une vraie tête de mule !

En tant que parent, c’est normal de parfois perdre son calme face à la désobéissance de son enfant. Vous êtes exposés à du stress au travail, des tensions dans le couple, de la fatigue accumulée au fil de la semaine et puis, la patience a ses limites, c’est humain !

Dans cet article, je vous partage 3 clés éducationnelles pour vous aider à faire face à la désobéissance de votre enfant sans se générer davantage de stress.

Quand considérer que votre enfant désobéit ?

La désobéissant de votre enfant peut prendre plusieurs formes :

  • Directives ignorées
  • Refus d’obéir
  • Insolence
  • L’enfant fait l’inverse de ce qui est demandé
  • L’enfant fuit quand on lui demande de faire quelque chose
  • Plaintes et pleurnicheries
  • Lenteur à agir (attention à bien dissocier le rythme de l’enfant qui peut être plus lent que celui de l’adulte à une lenteur exagérée pour manifester un refus d’obéir)
  • Crises
  • Agressivité

Pourquoi votre enfant désobéit ?

Voici 3 éléments qui contribuent à la désobéissance de votre enfant :

La désobéissance est une étape naturelle du développement de l’enfant

A mesure que l’enfant grandit et qu’il évolue, il n’est pas rare de le voir désobéir et parfois avec un grand sourire. Il s’oppose aux parents et cherche la limite.

Tous les enfants désobéissent à un moment ou un autre. C’est tout à fait naturel pour eux de vouloir plus d’indépendance, prendre leurs propres décisions ou faire leurs propres choix.

Veillez à exposer les règles simplement

Les enfants ont besoin de connaître les limites et il est important de leur exposer clairement et simplement les règles pour leur propre sécurité : ne pas courir sur la route, ne pas jouer avec les couteaux, ne pas mettre les doigts dans la prise, etc.

Lorsque les parents ont des attentes raisonnables et fixent des limites justes l’enfant a plus tendance à coopérer et le rôle de parent s’en trouve facilité.

N’encouragez pas la désobéissance à votre insu

Attention à ne pas encourager la désobéissance. Il est très naturel en tant que parent de sermonner votre enfant pour un problème de comportement mais veillez à ne pas accorder accidentellement trop d’attention aux mauvais comportements, ce qui pourrait inciter votre enfant à la désobéissance. En effet, la demande d’attention de l’enfant passe également dans la désobéissance, lui accorder votre attention à ce moment-là tend à renforcer les mauvais comportements qui seront associés à une attention particulière de votre part.

 

Maintenant que je vous ai exposé les facteurs qui peuvent favoriser la désobéissance, voyons comment l’éviter et y faire face.

Clé n°1 : éviter les mauvais comportements pour ne pas s'exposer à une potentielle désobéissance

Pour lutter contre la désobéissance de votre enfant, la première clé pratique que je vous propose c’est de faire en sorte de limiter au maximum les potentiels mauvais comportements.

Si vous avez des jeunes enfants, essayez de sécuriser au mieux votre foyer pour éviter de devoir reprendre constamment son comportement en lui disant « non » ou « ne touche pas à ça ». Par exemple, mettez les produits dangereux et les objets fragiles hors de sa portée, fermez les portes menant aux pièces moins sûres comme la cuisine.

Aussi, si votre enfant est occupé, à jouer par exemple, cela laissera moins de place aux problèmes. Quand vous sortez, emportez avec vous une activité pour l’occuper.

Encouragez les comportements positifs en le félicitant d’avoir bien agi. Il est préférable d’utiliser le principe d’attention positive c’est-à-dire, lui accorder votre attention lors de comportements adaptés.

Clé n°2 : donner des directives claires avec calme

Si malgré vos efforts pour éviter les mauvais comportements, vous vous retrouvez dans une situation de désobéissance, ayez recours à des directives claires et allez droit au but. Votre directive doit être accompagnée de conséquence. Si l’enfant ne vous obéit pas, il doit savoir quelle sera la conséquence.

Il est probable que votre enfant ne vous obéisse pas immédiatement, c’est normal. Approchez-vous, interpellez-le et expliquez de manière précise ce que vous voulez qu’il fasse. Tâchez de bien rester calme et de féliciter les bons comportements s’il vous obéit.

Il est possible d’expliquer les règles en images pour faciliter la compréhension de l’enfant. Ainsi les dessins peuvent être affichés à la vue de l’enfant continuellement.

Clé n°3 : apprendre à définir des conséquences en cas de non-respect des règles

Quelle est la différence entre une conséquence et une punition ? Lors que votre enfant commet une bêtise, par exemple il casse intentionnellement un objet ou renverse quelque chose, attendre de lui qu’il nettoie ou ramasse, est la conséquence de son action.  En revanche dans une situation similaire, l’envoyer dans la chambre ou face au mur est une punition.

La punition n’a pas de lien direct avec l’action commise, de ce fait l’enfant peut se retrouver en difficulté dans la compréhension de la situation globale, il est important d’adopter une cohérence dans son comportement en tant que parent, cela facilitera la compréhension pour votre enfant. Il est donc préférable que les mauvaises actions aient des conséquences plutôt que des punitions !

Merci de m'avoir lu !

Je suis Mathilde Naccache, neuropsychologue diplômée en Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitives avec une formation en sciences cognitives fondamentales et appliquées.

Je suis passionnée par la gestion des émotions chez les enfants atteints de déficits de l’attention.

J’exerce au sein du cabinet Odyssée à Nice où j’ai pris en charge et accompagné plus de 300 enfants et parents.

Témoin de la souffrance des parents face à des enfants parfois difficiles, il m’est apparu indispensable de mettre l’unicité de l’enfant au centre de l’éducation en rendant les parents experts du développement de leur enfant.

J’ai créé le programme Parental pour donner des clés éducationnelles aux parents afin de réduire le stress parental et les aider à construire une relation parent-enfant épanouie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une fois par mois des conseils pour vous aider à développer une relation plus épanouie avec votre enfant