Comment éviter les crises de colère de votre enfant ? 

Comment éviter les crises de colère de votre enfant ? 

Parmi les difficultés rencontrées par mes patients, la crise de colère de l’enfant est de loin celle qui préoccupe le plus les parents. L’enfant est incontrôlable : pleure, hurle de toutes ses forces, frappe les murs, se roule par terre, etc. et ce parfois sans raison apparente. La situation a de quoi déboussoler :

  • D’abord, la raison du parent n’arrive pas à s’expliquer de manière rationnelle le pourquoi de la crise de colère
  • Et ensuite, l’affecte du parent est atteint de voir son enfant dans un tel état qui peut traduit une forme de souffrance.

La combinaison de ces 2 facteurs fait que la crise de colère de l’enfant a de grandes chances de provoquer du stress chez les parents.

Comment arrêter la crise de colère de votre enfant ?

Dans cet article, que je vous invite à lire si ce n’est pas déjà fait, je partageais avec vous le déroulement d’une crise de colère en vous présentant les 6 grandes étapes successives :

  • Les éléments déclencheurs
  • L’engagement
  • Le refus
  • Le sommet
  • La décompression
  • La récupération

On a vu qu’une fois que la crise de colère a débuté, l’enfant passera nécessairement par toutes les étapes de la crise. Autrement dit, il n’est pas possible pour vous en tant que parent de mettre fin à la crise de colère de votre enfant. Il va de lui-même reprendre ses esprits au cours des phases de décompression et de récupération.

Dites-vous bien que, le meilleur moyen de gérer une crise c’est de l’éviter ! Mais alors comment éviter les crises de colère de votre enfant ?

Prévenir les crises de colère de votre enfant

Clé n°1 : dédramatisez la crise

Avant de vous livrer quelques clés éducationnelles concrètes pour éviter les crises de colère de votre enfant, je veux vous partager un message pour vous inciter à prendre du recul sur votre vision actuelle des crises de colère.

 

Les crises de colères sont une étape naturelle du développement de votre enfant. Certains enfants ont plus tendance à faire des crises. Cela peut être lié au fait qu’ils tolèrent moins la frustration ou qu’il a un tempérament plus affirmé. Certaines crises peuvent durer quelques minutes et d’autres se prolonger sur plusieurs heures. Tout cela est tout à fait normal. Ça ne signifie pas nécessairement que vous êtes à l’origine des crises de colère de votre enfant ni que votre enfant a des troubles du comportement.

Garder ça à l’esprit vous permettra de ne pas vous rajouter de la culpabilité au stress que vous ressentez déjà peut être pendant une crise de colère.

 

Clé n°2 : apprenez à reconnaître les éléments déclencheurs de la crise

Dans la majorité des cas, la colère de l’enfant n’éclate pas sans prévenir.

Il y a des indices qui montrent que votre enfant accumule de la frustration. Entraînez-vous à reconnaître ces signes avant-coureurs d’une crise.

Apprenez aussi à identifier les facteurs déclencheurs de la crise. Les crises peuvent survenir plus fréquemment dans une situation particulière ou un lieu donné par exemple.

Pour ça, il n’y a pas de baguette magique, chaque enfant est différent et vous êtes les meilleurs experts de vos enfants. En prêtant attention à l’état de votre enfant avant la crise vous parviendrez à identifier les petits indices qui annoncent son arrivée.

Parmi les signaux à observer on retrouve :

  • Les besoins physiologiques : la faim, la fatigue, une douleur ou gène corporelle
  • L’environnement : l’agitation du lieu, le brouhaha, les stimulations environnantes (visuelle, auditive, olfactive, tactile, etc.). Par exemple dans un magasin on retrouve beaucoup de stimulations sensorielles qui peuvent être à l’origine d’une tension chez l’enfant
  • Les contrariétés passées : l’accumulation de petites contrariétés tout au long de la journée, peut déclencher des crises de colères plus tard souvent face à des évènements qui paraissent anodins.
  • L’accumulation de stress : le stress fait diminuer le niveau de tolérance à la frustration, si les sources de stress sont trop nombreuses, l’accumulation fera déborder le vase
  • Le sentiment d’échec : Une faible estime de soi et réaction forte à toutes remarques négatives. L’enfant se montre vulnérable lorsqu’on leur souligne ses erreurs. Les crises peuvent survenir pour éviter une potentielle situation d’échec

 

Clé n°3 : préparez le désamorçage de la crise en amont

Une fois les signaux présageant l’arrivée d’une crise de colère détectés, il est possible de mettre en place des stratégies pour tenter d’éviter que la crise ne se produise réellement.

Une stratégie efficace est de mettre en place une « zone de retour au calme ». Il s’agit d’établir, en amont, avec l’enfant, les activités qui pourraient lui permettre de se calmer lorsqu’il ressent de la colère. A vous de proposer alors ces différentes activités dès que vous estimez que la tension commence à monter afin d’éviter la crise.

Merci de m'avoir lu !

Je suis Mathilde Naccache, neuropsychologue diplômée en Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitives avec une formation en sciences cognitives fondamentales et appliquées.

Je suis passionnée par la gestion des émotions chez les enfants atteints de déficits de l’attention.

J’exerce au sein du cabinet Odyssée à Nice où j’ai pris en charge et accompagné plus de 300 enfants et parents.

Témoin de la souffrance des parents face à des enfants parfois difficiles, il m’est apparu indispensable de mettre l’unicité de l’enfant au centre de l’éducation en rendant les parents experts du développement de leur enfant.

J’ai créé le programme Parental pour donner des clés éducationnelles aux parents afin de réduire le stress parental et les aider à construire une relation parent-enfant épanouie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une fois par mois des conseils pour vous aider à développer une relation plus épanouie avec votre enfant