5 astuces pour faciliter le coucher

coucher

5 astuces pour faciliter le coucher

Il n’est pas rare que le moment du coucher soit associé à des difficultés pour les parents. L’enfant ne veut pas aller au lit, il n’arrive pas à s’endormir, il se lève sans cesse pour venir dans la chambre des parents, etc.

Toutes ces difficultés sont fréquentes car pour les enfants le moment du coucher est particulier. En effet, il renvoie à deux peurs développementales que connaissent tous les enfants : l’anxiété de séparation et la peur du noir. Ces peurs n’expliquent pas tous les problèmes liés au coucher mais elles ne facilitent tout de même pas les choses.

Dans cet article, je vous donne 5 conseils pour vous aider à bien gérer le moment du coucher et éviter les pièges qui nuisent à l’endormissement de votre enfant.

Astuce n°1 : identifier pourquoi le coucher est un moment compliqué

Comme pour toutes les difficultés avec votre enfant, la première chose à faire est d’essayer de décoder les comportements pour comprendre à quoi ils sont dus. C’est notamment le cas pour le moment du coucher : qu’est-ce qui fait que votre enfant n’arrive pas à dormir ? Pourquoi ne parvient-il pas à rester dans son lit ?

Réussir à identifier la source du problème, c’est déjà le résoudre à moitié.

 

Pour y parvenir, vous aller devoir observer les comportements de votre enfant très attentivement et ce, sur une durée d’une semaine minimum. Essayez de comprendre quelles sont ses habitudes : à quelle heure il se couche (en semaine et le weekend), à quelle heure il s’endort, à quelle heure il se réveille, combien de fois il se lève avant de s’endormir, est-ce qu’il se réveille pendant la nuit et quels types de réveil nocturne s’est.

 

Toutes ces observations doivent vous permettre de comprendre parfaitement le sommeil de votre enfant et ensuite d’identifier la cause du problème.

Par exemple, si votre enfant a systématiquement du mal à s’endormir, demandez-vous si l’heure du coucher correspond à son rythme de sommeil ou s’il n’y a pas un élément qui l’empêche de dormir dans sa chambre comme une veilleuse avec une lumière excessive.

Astuce n°2 : mettre en place une routine du coucher

Parmi tout ce que vous pourrez mettre en place pour favoriser l’endormissement de votre enfant, la routine sera très probablement la méthode la plus efficace. C’est très souvent ce que je travaille en premier avec mes patients car les résultats sont au rendez-vous.

 

La routine présente le bénéfice de créer des habitudes chez l’enfant, ce qui va lui donner des repères et le réconforter. Aussi, le début de la routine va lui permettre de comprendre que l’heure de coucher arrive.

Voici quelques conseils pour mettre en place une routine efficace :

  • Veillez bien à ce que les activités soient de plus en plus calmes pour accompagner votre enfant vers l’endormissement. Choisissez des activités calmes et apaisantes, comme la lecture d'une histoire ou l'écoute de musique douce, pour aider votre enfant à se détendre.
  • Essayez de respecter cette routine chaque soir, même les week-ends, afin de créer une habitude qui facilite le sommeil. Il faut notamment prendre soin d’être régulier concernant l’heure du coucher.

Astuce n°3 : créer un environnement favorisant le sommeil

Certaines difficultés au moment du coucher peuvent être liées à l’environnement dans lequel l’enfant dort. Tout comme pour les adultes, l’excès de bruit et de lumière est à éviter au maximum. Attention donc au volume de la télévision quand votre enfant est couché mais aussi à la lumière de la veilleuse. La veilleuse peut être une très bonne solution pour apaiser un enfant qui a peur du noir mais elle ne doit pas être trop puissante.

 

Parmi les pièges qui nuisent à l’endormissement voici ceux qu’on retrouve fréquemment dans la chambre des enfants :

  • Les animaux de compagnie dans la pièce ou dans le lit
  • Une chambre en désordre avec des jouets qui traînent par terre
  • Les écrans avant de dormir
  • Une température trop élevée

Astuce n°4 : éviter l'agitation avant le moment du coucher

Vous l’aurez compris avec la mise en place de la routine du coucher mais il est vraiment primordial d’éviter tout ce qui pourrait agiter votre enfant avant d’aller au lit. On pense bien évidemment aux jeux très stimulants et à l’activité physique mais j’insiste également sur la taquinerie et les petits signes d’affection comme les chatouilles.

Il m’est déjà arrivé de travailler avec une maman sur la préparation du coucher et quand le papa rentrait du travail il venait faire des chatouilles aux enfants, ce qui les agitait énormément juste avant de dormir. L'endormissement était alors beaucoup plus long.

Astuce n°5 : maintenir votre enfant dans de bonnes dispositions mentales

Pour faciliter l’endormissement, votre enfant a également besoin d’être dans de bonnes dispositions mentales. En effet, si votre enfant est tracassé par quelque chose, il va avoir plus de mal à trouver le sommeil.

 

Parmi ce qui est susceptible de venir chambouler votre enfant il y a les disputes. Les disputes avant le coucher vont tourner en boucle dans sa tête et l’empêcher de trouver le sommeil. Mon conseil est très simple : éviter les disputes et autres contrariétés avant le coucher quand c’est possible.

 

L’anxiété est également une émotion qui nuit à l’endormissement. Votre enfant peut être anxieux par rapport à la journée du lendemain. C’est régulièrement le cas la veille de la rentrée scolaire par exemple. Vous ne pourrez pas traiter l’anxiété de façon pérenne juste avant le coucher mais vous pouvez aider votre enfant à s’apaiser avec de la méditation, des exercices de respiration, et en l’aidant à imaginer la pire situation possible et en lui montrant que même le pire n’est pas si grave.

Merci de m'avoir lu !

Je suis Mathilde Naccache, neuropsychologue diplômée en Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitives avec une formation en sciences cognitives fondamentales et appliquées.

Je suis passionnée par la gestion des émotions chez les enfants atteints de déficits de l’attention.

J’exerce au sein du cabinet Odyssée à Nice où j’ai pris en charge et accompagné plus de 300 enfants et parents.

Témoin de la souffrance des parents face à des enfants parfois difficiles, il m’est apparu indispensable de mettre l’unicité de l’enfant au centre de l’éducation en rendant les parents experts du développement de leur enfant.

J’ai créé le programme Parental pour donner des clés éducationnelles aux parents afin de réduire le stress parental et les aider à construire une relation parent-enfant épanouie.

Inscrivez-vous à la newsletter

Recevez une fois par mois des conseils pour vous aider à développer une relation plus épanouie avec votre enfant